Supprimer l’exposition au plomb

Exposition au plomb

Après la phase de recherche des peintures au plomb, il convient d’estimer leur état. Une peinture en bon état ne présente pas de danger immédiat puisqu’il n’y a aucun risque d’ingestion ou d’inhalation de plomb. On considère qu’il n’y a pas d’exposition au plomb malgré sa présence.

En revanche, si il y a dégradation de la peinture (écaillage, cloquage, etc.), on considère qu’il y a exposition au plomb et il y a lieux d’engager des travaux pour supprimer cette exposition.

Si les locaux sont occupés ou que des personnes risquent d’être exposées, particulièrement des enfants ou des femmes enceintes, des travaux palliatifs devront être entrepris dans les plus brefs délais. Ils ont pour but de supprimer temporairement tout accès aux revêtements dégradés ou leur dispersion. On pourra recouvrir les zones à risque d’un autre revêtement (peinture, toile de verre, papier peint) ou les doubler (panneaux de bois, plaques de plâtre).
Les travaux définitifs visent à éliminer définitivement l’exposition au plomb par la suppression et l’évacuation de toutes les peintures au plomb. Ces travaux nécessitent d’importantes précautions pour ne pas exposer les occupants et les travailleurs à un risque d’intoxication.

Les entreprises spécialisées

Bien qu’il ne soit pas obligatoire de recourir systématiquement à une entreprise spécialisée, il est évident que faire appel à des professionnels reste la seule garantie d’une surpression définitive et totale de toute exposition au plomb, et ce sans aucun risque aussi bien pour les ouvriers que pour les occupants. Dans tous les cas, les personnes intervenant sur ce type de peintures doivent en être informées.

Le prix, les aides

Le prix de la suppression de ces revêtements au plomb dépendra de la surface à traiter et des mesures de protection à mettre en œuvre. Dans tous les cas, demandez un devis en fournissant au professionnel le « diagnostic plomb » (CREP) qui lui permettra de chiffrer les travaux en connaissance de cause